Peut-être que pour vous, l’Amour inconditionnel est une pratique d’illuminé, une pratique de personne complétement déconnectée de la réalité.

 

Voici mon argumentation, et mes explications pour vous faire réfléchir sur le sujet, et peut-être vous faire comprendre que choisir cet Amour n’est pas une folie mais la solution pour l’Humanité de 1/ pouvoir continuer, 2/ d’enfin pouvoir vivre la Paix et l’Amour qu’elle espère.

 

Je choisis cet Amour, non par ignorance ou par passion soudaine pour une secte, mais par sagesse, avec détermination et courage.

 

J’ai suffisamment vécu de douleurs mentales pour admettre que la vengeance et le jugement détruisent, et que la tolérance, la patience, le pardon, l’Amour, contribuent activement à la Beauté de ma vie, contribuent à mettre plus de douceur sur Terre.

 

Je comprends que les horreurs vécues sur Terre, donnent une farouche envie de punir les bourreaux.

Mais au-delà de la sentence pour l’être qui a tenté de nous détruire, il y a ses motivations nuisibles.

 

Motivations que peut accepter totalement un autre être physique.

Je veux dire que les difficultés de l’Humanité ne sont pas dues à un lot de « tarés » d’individus précisément identifiés.

Les difficultés de l’Humanité qui la ralentissent pour être en Paix, tiennent à des façons de penser.

 

Détruit-on une façon de penser nuisible en tuant les êtres qui nourrissent ces pensées ?

Non !

 colombe qui s'envole

Tout comme à l’échelle de l’individu, pour l’échelle de Gaia, les habitudes destructrices ne disparaitront pas en accumulant jugements, humiliations, deshumanisations, punitions sévères !

 

Pour dissoudre les ténèbres, il s’agit de les voir en face, en étant bien enraciné dans notre Lumière, nos valeurs.

 

Je ne dis pas d’écouter ou de regarder toutes les horreurs.

Mais, d’une part, de faire face à nos blessures pour bien les connaître et pouvoir les guérir.

Et, d’autre part, d’accepter d’écouter et d’être réceptif à l’expression des blessures d’autrui.

 

Cela afin de faire des brèches dans sa forteresse de « criminel incompris », par notre Amour, patience, écoute, attention sincère.

 

Par « écouter ses blessures », je comprends : l’accepter tel qu’il est, ne pas le comparer à notre système de valeurs, le laisser libre vis-à-vis de nos attentes, de nos espoirs le concernant.

Ainsi, libre d’un référentiel de « qualité » qui nous amène plus à être outré, à nous bloquer dans la communication, libre de ce référentiel, nous pouvons être patient, et bienveillant avec sincérité, pour comprendre les douleurs du « criminel », et l’aider à s’en libérer.

 

Même si les motivations pour l’horreur ne peuvent pas être comprises par notre conscience actuelle, au moins nous pouvons mettre à jour le développement structurel de ces motivations, pour s’en libérer.

 

Cette mise à jour se fait en se passant de juger d’inhumain, de mécréant, de déchets, les « criminels ».

 

Je ne dis pas que ce qu’on fait ces criminels n’est « pas si dur que ça ».

Je dis juste que pour grandir, l’Humanité est appelée (pour continuer) à se passer des jugements qui enferment des êtres dans une prison oubliée de tous.

 Droite

Je vous l’accorde, il y a tant à faire pour propager la Paix.

Eh bien, justement, servons humblement nos descendances : commençons MAINTENANT !

 

Maintenant, pardonnons toutes offenses, arrêtons de juger, respectons la Liberté des êtres à incarner leurs priorités, et ouvrons nos cœurs à l’Humain qui a pris le costume du diable.

 

Je ne crois pas en des anomalies génétiques d’humains, qui seraient nés avec tout ce qui est juste pour détruire.

 

J’accepte l’idée que CHACUN, nous sommes des éléments indispensables pour faire grandir l’Humanité.

 

Que serait l’Humanité ?

Une sélection de nobles personnages avec des critères très subjectifs ?

Ou bien ses membres, TOUS ses membres, qui la composent ?soleil mains

 

 

Nous sommes dans le même bateau.

A vous de choisir :

-          Taper sur le marin désobéissant,

-          Ou faire preuve de leadership pour motiver chacun pour arriver à la prochaine escale ?

 

Je considère qu’il n’y a pas de petite violence.

Il y a la violence.

Il n’y a pas non plus de violence légitime ! Non !

Venge-toi de celui qui t’a attaqué : tu es aussi destructeur que lui.

 

Pour celui qui veut exprimer sa douleur par la violence, toutes les raisons seront valables d’être violent. Il a fait son choix. Faire comprendre sa douleur en engendrant plus de douleur autour de lui.

 

La douleur ne se comprend pas en engendrant de nouvelles et plus fortes douleurs.

Mais en osant, encore une fois, à exposer sa tendresse, à exposer sa sincérité, sa vulnérabilité.

En osant exposer tout simplement, qui nous sommes, réellement, en vérité.

 


Auteur Rose Bretellia

 

Merci pour vos partages, vos appréciations, votre gratitude.

Merci pour votre communication valorisant mon travail.